Football

Football. Rencontre avec Pierre Bourdet, président du district de l’Aveyron

Cela fait 6 mois que Pierre Bourdet et son équipe ont pris la tête du district. L'occasion pour le nouveau président, alors que l'AG avait lieu vendredi soir, de faire un premier bilan.

Ruthénois.com : Comment avez-vous vécu ces premiers 6 mois à la tête du district ?

Pierre Bourdet : Avec beaucoup de travail. Il a fallu se mettre à jour et au point de tous les dossiers. On avait tout à découvrir, et on a dû redoubler d’efforts. Notre premier gros travail, ça a été la mise en place des commissions. Il y en a 17, ce qui représente 92 bénévoles, alors qu’avant, il n’y en avait que 48. C’est très bien. Après le foot est à l’arrêt à cause de la crise sanitaire, et on a dû résoudre des problèmes. Et en même temps, on a voulu mettre en place quelques idées. Une des premières, c’est la refonte des championnats. On l’a présenté à tous les clubs. On est allé au-devant d’eux, en faisant des réunions décentralisées, à Saint-Affrique, à Bozouls, à Lanuéjouls, à Onet On les a écoutés, on a partagé avec eux. On va le valider à l’assemblée générale, et on mettra en place notre projet.

Ce fut une saison particulière avec l’arrêt précoce des championnats amateurs. Quels aides le district a apporté ou va apporter aux clubs ?

On a fait beaucoup d’information sur les dispositifs qui existaient. Au niveau financier, l’impact était très limité au niveau des aides. Les clubs ont pu avoir des aides de la fédération ou de la ligue pour les équipements. Mais les aides financières étaient peu nombreuses. On a donc pris la décision, au vu des finances saines du district, de rembourser tous les engagements des clubs. Ce qui représente 60 000 euros reversés aux clubs, soit 1/10 de notre budget. On aura un léger déficit en fin de saison, mais notre volonté est d’aider les clubs. Surtout qu’en choisissant de rembourser les engagements, on touche tous les clubs, c’est équitable. La deuxième décision, c’est de décaler les prélèvements de frais de gestion, payés normalement en juin. Et de le faire en deux fois (novembre 2021 et février 2022). L’idée, c’est de permettre aux clubs de se refaire une trésorerie, d’avoir un peu de temps pour la reprise. Après, il y a aussi l’aide principale qui arrivera en septembre, avec le « Pass sport ». Pour tous les jeunes jusqu’à 17 ans, avec une aide de 50 € pour les licences. Ça aura un impact faible dans notre département, car c’est lié à un plafond.

Quels sont les projets en cours ou à venir ?

On a plein de projets. Les principaux, c’est la refonte de la pyramide des championnats, qui a été actée par 84 % des clubs, et qui sera validée définitivement à l’AG. En septembre 2021, on va créer un nouveau territoire de foot Aveyron/Lozère pour les seniors masculins. C’est déjà le cas chez les jeunes. On a aussi beaucoup d’idées pour l’arbitrage. Notamment de faire arbitrer la D1 par 3 arbitres, pour lui donner de l’attractivité. Il y a aussi l’envie de poursuivre la féminisation par de nouvelles actions. Pour attirer de nouvelles filles dans les écoles de foot.

Vous avez l’AG ce vendredi, où vous allez présenter le bilan moral et financier. Avec l’envie d’augmenter vos recettes ?

Oui. On souhaite alléger les niveaux des amendes. On a le sentiment que l’on fait ce qu’on peut. Après, ce que l’on ne rentre pas d’un côté… On veut donc développer le partenariat, le sponsoring. Avoir des financements supplémentaires, pour gonfler le budget. Une année normale, ça représente 6 à 7 % du budget. Il faudrait que l’on arrive à 10 ; 15 %. On est sûr de très bons rails, car on a déjà dépassé le montant de l’an passé et on n’a pas vu tous nos sponsors. On a choisi de faire la promotion de nos championnats avec du « naming » (donner le nom d’une marque ou d’une société, à un championnat ou à un stade). On est en train de le mettre en place, et on a déjà quatre championnats qui ont trouvé preneur. Ce sera des recettes supplémentaires.

Bouton retour en haut de la page