Santé

L’Aveyron échappe (pour l’instant) au durcissement des mesures sanitaires

Ce lundi 26 juin à 17h à Rodez, la préfète de l’Aveyron, Valérie Michel-Moreaux, accompagnée par Benjamin Arnal, directeur de l’Agence régionale de santé pour l’Aveyron, a fait un point sur l’évolution de la situation sanitaire en Aveyron, et notamment sur la mise en œuvre du passe sanitaire.

Si l’on pouvait craindre l’annonce de la mise en place de nouvelles mesures sanitaires, notamment concernant le port du masque, dans un département où le taux d’incidence est de 151,2 (semaine du 17 au 23 juillet), il n’en est rien.

« Le taux d’incidence est supérieur à 200 dans le Villefranchois, et supérieur à la moyenne départementale dans le Saint-Affricain et le Pays Ségali, note Benjamin Arnal. Mais l’agglomération de Rodez n’est pas épargnée, et les autres territoires non plus. » Dans la région de Millau, le taux d’incidence est en effet de 164,4 pour 100.000 habitants.

Et malgré le signalement de 35 « signaux » depuis le 20 juillet (cas de Covid ou clusters dans les établissements de santé, en Ehpad, dans les accueils de loisirs, de la petite enfance, ou encore dans les restaurants et bars…), malgré six jeunes patients hospitalisés alors que les hospitalisations étaient « quasi inexistantes » il y a une dizaine de jours, Valérie Michel-Moreaux préfère – pour le moment –, « ne pas prendre de mesures supplémentaires », croyant plus « à la vaccination », « au passe sanitaire », « à la pédagogie sur le long terme » et « au civisme de nos concitoyens ». « Cela ne veut pas dire que des mesures ne seront pas prises si la situation l’exige », prévient-elle.

17.380 injections en 6 jours

Il faut dire que le département de l’Aveyron n’est pas à la traine quant à son taux de vaccination. Selon les chiffres communiqués par Benjamin Arnal, 62 % des Aveyronnais, quel que soit l’âge, auraient déjà reçu une première injection. Ce taux grimpe à 76 % pour les + de 18 ans.

L’enjeu, c’est de ne pas se faire déborder ». Valérie Michel-Moreaux, préfète de l’Aveyron

« Cela veut dire que par rapport à l’objectif du Gouvernement de vacciner 90 % de la population d’ici la fin de l’été, nous devrons encore vacciner 39.000 personnes d’ici la fin septembre », compte-t-il.

Un objectif qui peut paraitre optimiste, mais il faut savoir qu’entre le 19 et le 24 juillet, on a vacciné 17.380 fois, que ce soit pour une première ou une deuxième injection.

« Les centres de vaccination remontent en puissance, et on fait tout pour ouvrir de nouveaux créneaux, souligne le directeur de l’ARS Aveyron. Et pour aller encore plus loin, tous les pharmaciens peuvent désormais demander du Pfizer depuis l’hôpital de Rodez ».

« En Aveyron, la situation se dégrade très vite »

La préfète de l’Aveyron a ensuite rappelé les mesures mises en place au niveau national concernant le passe sanitaire.

« Cette mise en œuvre avait été initiée le 9 juin pour les événements de plus de 1000 personnes, mais nous n’étions pas à ce moment confrontés au variant Delta. Depuis le 21 juillet, il est prévu pour les établissements recevant du public, dès lors qu’on a une capacité d’accueil dépassant 50 personnes. La loi votée cette nuit, qui doit encore passer par le Conseil constitutionnel, prévoit l’extension du passe sanitaire le 1er août dans les cafés, restaurants, transports, établissements médicaux, Ehpad… A compter du 15 septembre, ce passe sera demandé aux professionnels en charge de publics fragiles. »

A partir du 30 août, il sera aussi exigé pour tous les salariés accueillant du public (restaurateurs, serveurs, vendeurs…). Pour les 12/17 ans, le passe sanitaire sera exigible à partir du 30 septembre dans les établissements concernés.

« La situation est sérieuse, particulièrement en Occitanie, a rappelé Valérie Michel-Moreaux avant de conclure. En Aveyron, la situation se dégrade très vite. » Aussi incite-t-elle à nouveau à se faire vacciner, des créneaux étant ouverts dans tous les centres de vaccination du département.

Bouton retour en haut de la page