Opinion

Opinion. La fin programmée d’Aveyron Culture, mission départementale

C’est à Jean Puech, alors président du conseil général, que nous devons la création de « la Mission départementale de la Culture » dans les années 1990.

Ce fut une initiative remarquée à l’époque par les autres départements de l’ex-région Midi-Pyrénées, car elle consacrait l’idée de confier le développement culturel à une « agence » spécialement désignée à cet effet. Le premier président en fut Jean Monteiller auquel succéda René Quatrefages.

La « Mission départementale de la Culture » perdura sous la présidence de J-C Luche avec René Quatrefages et Jean-Michel Lalle. L’un et l’autre œuvrèrent dans le même sens et la Mission gagna ses lettres de noblesse en proposant aux Aveyronnais un choix culturel varié.

En 2015, je devins président de la mission rebaptisée « Aveyron Culture ». Avec la volonté d’aller de l’avant, grâce à la compétence et l’engagement d’un personnel qualifié, « Aveyron Culture » a pris son essor et est devenue une référence en termes de politique publique culturelle dans le département, la région et au plan national, notamment par le volet « éducation artistique et culturelle ».

Élu président du département en janvier 2017, cette politique fut amplifiée et je gardais symboliquement la présidence de l’agence pour signifier l’attachement du Conseil départemental au développement et à la diffusion de la Culture auprès de tous les publics dans leur diversité, et en particulier notre jeunesse et les publics les plus fragiles.

Ce fut un succès puisqu’au 31 décembre 2021, Aveyron Culture comptait 438 adhérents, dont 18 intercommunalités, 154 communes et 266 acteurs culturels et a organisé 1037 interventions auprès des publics en 2020.

Nous avons pris acte de la volonté affirmée par l’actuel Président du Conseil départemental de dissoudre cette agence culturelle et d’intégrer les actions menées par Aveyron Culture au sein des services du Conseil départemental.

En tant qu’ancienne adjointe à la Culture de Millau et responsable associative, j’ai toujours pu apprécier la qualité du travail d’Aveyron Culture. Cette agence culturelle a largement fait ses preuves, bénéficiant d’une certaine autonomie grâce à son statut associatif et œuvrant ainsi sans sectarisme ou clientélisme. Souhaitons que la perte de ce statut associatif n’engendre pas une perte de souplesse, de réactivité et de proximité avec les acteurs culturels et les associations, de capacité à expérimenter et à innover. Les acteurs culturels et les publics, notamment les jeunes aveyronnais seraient alors perdants.

La Culture subit de plein fouet la crise sanitaire. Aussi, les acteurs culturels fragilisés ont plus que jamais besoin d’être soutenus. Une politique culturelle forte est indispensable pour maintenir le lien social et contribuer à l’attractivité de l’Aveyron.

Attachés à cette mission culturelle, au requiem nous préférons résolument l’hymne à la joie en remerciant :

– le personnel d’Aveyron Culture pour son engagement au quotidien

– le monde associatif, les professionnels de la culture, les élus et les très nombreuses collectivités qui ont fait confiance à Aveyron Culture et ont contribué au développement culturel de notre territoire

– les différents publics qui par leur présence jamais démentie ont participé à la promotion de la Culture dans notre département

Nous continuerons d’œuvrer dans le même sens.

Bonne année à toutes et tous.

Karine ORCEL et Jean-François GALLIARD

Conseillers départementaux de Millau 2

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Ruthénois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.
Bouton retour en haut de la page