ActualitéHandballRodez Agglo

Handball. « Quand il y a de la confiance, c’est plus simple  » (Raphaël Geslan, coach du ROC)

Ce samedi, le ROC a fait une belle opération, en s’imposant 36 à 33 contre l’Entente Charente. Le ROC est actuellement 3e, à égalité avec Bruges-Lormont. Et à seulement 2 points du leader, Tardets, et donc de la place synonyme de montée en N1. Retour sur ce match…

Ruthénois.com : Ce samedi, vous receviez l’Entente Charente. Vous vous imposez, dans les dernières minutes, 36 à 33. Vous aimez jouer avec les nerfs de vos supporters ?

Raphaël Geslan (Coach ROC) : Pas du tout. On aime provoquer du spectacle et de l’engouement ! C’est sûr qu’après, quand on est sur le banc ou dans les tribunes, c’est stressant. Mais quand les équipes sont proches de niveau, c’est normal. On n’est pas largement au-dessus de cette équipe. C’était même anormal que l’on mène autant au début. Je pense qu’ils ont peut-être le voyage dans les jambes ou autre chose. Parce qu’il y a une belle équipe en face.

En première période, vous prenez effectivement rapidement de l’avance, en menant 10 à 3 après 10 minutes. Avant qu’après la 15e minute, eux reviennent ou vous, vous baissez de régime. Comment vous analysez ces 30 premières minutes ?

On gère moins bien la défense, donc on prend pas mal d’expulsions temporaires de deux minutes. On les remet un peu dans le match. Le temps fort a été trop beau pour être vrai. Ils sont revenus à équilibre. C’est plutôt le début de la deuxième, ou je ne suis pas content. En une minute, on prend un 3/0. C’est plutôt ce moment-là où l’on a eu un gros temps faible. Après, à l’image des autres matchs, parce que l’on ait sur une dynamique de confiance, on est resté dedans. En début de saison, je pense que l’on aurait sombré. Donc, c’est plutôt positif.

Quand ils reviennent, et quand le score reste serré, on ne sent pas l’équipe inquiète, ni en danger. C’est ça la différence sur cette fin de saison, une sérénité ?

Oui, parce que l’équipe, elle a pris confiance, on a plus d’armes offensives et défensives. On s’appuie sur une défense qui est plutôt stable. Donc, on n’a pas de gros trous, même si là, il y a eu des moments où je n’étais pas très satisfait. Quand, il y a de la confiance, c’est plus simple. Les joueurs paniquent moins, et on sait qu’on a d’autres solutions à côté. 

Il reste deux matchs à jouer avant la fin de la saison. Direction le parquet d’Asson, 6e, le 14 mai. Avant de terminer à domicile face au 5e, Saint Nazaire le 21 mai. De son côté, le leader sera sur la pelouse de l’Union (7e), tandis que Bruges-Lormont accueillera le 10e, Irisartarrak.  Pour la dernière journée, duel au sommet puisqu’ils s’affronteront sur le parquet du premier !
Bouton retour en haut de la page