✨ Sélectionnez VOTRE commune

MA COMMUNE
Opinion

Réforme des retraites : les manifestants n’iront pas sur le Viaduc de Millau

Après des semaines de mobilisation sociale massive concrétisant sans ambiguïté le rejet de la réforme des retraites, après des manifestations historiques dans notre département illustrant la force de refus, l’intersyndicale départementale CFDT, CGT, FO, CFE CGC, UNSA, FSU et Solidaires, appelle à une nouvelle grande journée de grève et de manifestations le jeudi 6 avril.

Parce qu’il n’est plus possible d’ignorer la demande de retrait de cette réforme injuste, injustifiée et brutale, parce qu’il n’est plus possible de ne pas voir ce qui s’exprime de colère face à la volonté d’imposer envers et contre tout et envers et contre toutes et tous, l’intersyndicale avait la volonté de donner plus encore de visibilité à la mobilisation par le choix du viaduc de Millau comme lieu de manifestation pour la journée d’action du 6 avril.

Force est de constater que l’image de ce lieu symbolique est plus facile à exploiter pour le tourisme ou la pratique sportive que pour l’expression revendicative.

En effet, l’intersyndicale, avant même d’avoir effectué une déclaration de manifestation, s’est vue opposer un refus quant à tout parcours sur le viaduc ; l’intersyndicale, responsable, a proposé un parcours alternatif, qui a été déclaré ; malgré cela, elle a été confrontée à une multiplication d’exigences, de demandes engageant sa responsabilité quant à la sécurisation de l’événement, et ce quand bien même cela ne relevait pas à proprement parler de sa responsabilité.

Le Préfet a communiqué ce mardi 4 avril en des termes qui laissaient planer le doute d’une interdiction possible, faisant ainsi obstacle, par sa démarche dilatoire, à l’organisation sereine d’une manifestation à laquelle l’intersyndicale appelle à participer massivement.

LIRE AUSSI >> Millau. Mobilisation départementale du 6 avril : Viaduc ou pas viaduc ?

La mise en avant, dans cette communication, du fait que les organisateurs seraient « pénalement et pécuniairement responsables des éventuels incidents au moment du rassemblement, pendant la manifestation et lors de sa dislocation » relève pour beaucoup de la stratégie de dissuasion et la volonté manifeste de protéger le capital que représente la société Eiffage.

L’intersyndicale doit ainsi faire le constat que les obstacles et difficultés tendent à étrangement apparaître quand il s’agit de mettre une fois de plus, pour une 11e journée nationale de grève et de manifestation, un grand nombre de personnes dans la rue et sur la voie publique en général.

Le préfet de l’Aveyron comme le gouvernement tente par tous les moyens de museler le mouvement social.

Ne voulant pas qu’au dernier moment les Aveyronnais se retrouvent privés d’un temps fort pour exprimer largement leur colère et leur rejet de la réforme des retraites, l’intersyndicale a pris la décision d’organiser deux lieux de manifestations, un à Rodez départ 14h, aux Moutiers, pour une fin devant la Préfecture et un à Millau, à 14h30, devant la sous-préfecture pour terminer à la Gare.

Elle appelle donc les Aveyronnaises et les Aveyronnais à être nombreuses et nombreux dans les cortèges pour montrer leur exigence d’être entendus et leur frustration de ne pas pouvoir manifester à l’endroit initialement prévu.

L’intersyndicale aveyronnaise CFDT, CGT, FO, CFE CGC, UNSA, FSU et Solidaires

La rubrique « Opinion » est l’espace de libre expression du site Ruthénois.com. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Article original publié sur Millavois.com

Bouton retour en haut de la page